Qui est concerné par l’enquête SHARE-Luxembourg ?

L’enquête SHARE-Luxembourg porte sur les personnes de 50 ans et plus qui résident au Luxembourg. Les conjoints sont également invités à participer, indépendamment de leur âge.

Lors de la 1ère enquête réalisée au Luxembourg (vague 5), 4 200 personnes de 50 ans et plus ont été sélectionnées au hasard à partir des fichiers administratifs. Cela a permis d’interviewer plus de 1 600 personnes.

En 2015, la deuxième enquête SHARE au Luxembourg a interrogé les 1 600 participants à la première enquête. Un nouvel échantillon de 2 000 personnes a également été tiré au hasard pour limiter les effets d’attrition (diminution du nombre des participants due aux déménagements, aux décès, etc.). Au total, près de 1 600 personnes ont accepté de répondre aux questions.

Cette année, une troisième enquête SHARE est lancée sur le terrain. Seuls les 1 600 personnes qui ont déjà participé aux précédentes vagues seront sollicités.

haut de page

Comment se déroule l’enquête SHARE-Luxembourg ?

Les personnes sélectionnées reçoivent un courrier du LISER (anciennement CEPS/INSTEAD) avant d’être contactées individuellement par un enquêteur, dûment mandaté par l'institut.

L’enquêteur détermine avec la personne contactée le moment le plus propice pour réaliser l’entretien. Celui-ci se déroule principalement chez le répondant, en face à face, assisté par ordinateur. Il n’y a pas de questionnaire papier. Chaque entretien dure 1h00 en moyenne. Si le conjoint participe, il faut compter environ une demi-heure supplémentaire.

Un proche ou une personne de confiance peut également accompagner le répondant au cours de l’enquête si ce dernier se trouve dans l’incapacité de répondre. Le proche est ainsi autorisé à répondre à certaines questions à la place de la personne enquêtée.

haut de page

Quel est le cadre légal de l’enquête SHARE-Luxembourg ?

Au Luxembourg, l’enquête a été notifiée auprès de l’Institut national de la statistique et des études économiques (STATEC), conformément à la loi du 10 juillet 2011.

Par ailleurs, l’enquête a également été notifiée auprès de la Commission Nationale pour la Protection des Données (CNPD), conformément à la loi modifiée du 2 août 2002 relative à la protection des personnes à l'égard du traitement des données à caractère personnel.

L’enquête a reçu l'avis favorable du Comité National d’Éthique de Recherche (CNER).

Enfin, la Police Grand-Ducale a été informée de cette enquête.

haut de page

Quelle protection des données collectées par SHARE-Luxembourg ?

Les données collectées sont destinées uniquement à des analyses scientifiques. Elles ne peuvent être ni divulguées, ni utilisées, ni redistribuées ou revendues à d’autres fins. Les informations collectées sont traitées en toute confidentialité. Toutes les personnes ayant accès aux questionnaires, aux données, aux logiciels ou à toute autre création intellectuelle (y compris les enquêteurs) sont tenues au secret professionnel (cf. Article 28 de la loi du 3 décembre 2014 ayant pour objet l’organisation des Centres de recherche publics : Mémorial A n° 260 du 29 décembre 2014). Les données collectées par le biais de l’enquête sont dépersonnalisées dès l’achèvement de l’entretien; l’enquêteur n’a alors plus accès aux informations collectées.

Au Grand-Duché de Luxembourg, conformément à la loi relative à la protection des personnes à l'égard du traitement des données à caractère personnel, les participants ont le droit d'accéder aux données qui les concernent et éventuellement de les modifier ou de demander leur suppression. Pour faire usage de ces droits, les participants doivent contacter le LISER.

haut de page