Quel est l’objectif de SHARE ?

Le but principal de l’enquête SHARE ("Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe”) est de recueillir des données sur l’état de santé, le vieillissement et la retraite auprès d’un échantillon représentatif de résidents de 50 ans et plus. Cette collecte correspond à un besoin d’informations pour répondre notamment aux défis économiques et sociétaux induits par le vieillissement progressif de nos sociétés.

haut de page

Quels sont les thèmes abordés par SHARE ?

SHARE aborde différents thèmes pour mieux comprendre le processus de vieillissement, l’évolution de l’état de santé et le contexte socio-économique des personnes de 50 ans et plus dans le but d’avoir une approche globale. Ces thèmes sont :

  • l'état de santé physique (état de santé objectif et subjectif, comportements de santé) ;
  • l’état de santé psychologique (bien-être et satisfaction) ;
  • les fonctions cognitives (mémoire, calcul) ;
  • la consommation de soins de santé (hospitalisations, consultations chez des généralistes, spécialistes, demande de services de soins à domicile, maison de retraite) ;
  • la situation économique (profession, caractéristiques professionnelles, opportunités d'emploi, retraite, éducation, sources et composition des revenus actuels, consommation et richesse, logement) ;
  • l'entraide sociale (assistance familiale, transferts de revenus ou de biens, réseaux sociaux, activités) ;
  • la situation familiale (origine, enfants, parents).
haut de page

Quelle est la spécificité de SHARE ?

SHARE se distingue fondamentalement des enquêtes existantes pour trois raisons principales, à savoir :

  1. Une démarche pluridisciplinaire afin d’ouvrir l’approche habituelle du processus de vieillissement en croisant les problèmes de santé avec le contexte économique, mais aussi avec des variables sur le contexte familial, les activités professionnelles et les loisirs des individus ;
  2. Ensuite, une collecte internationale. L’enquête est harmonisée entre les 28 pays participants, offrant ainsi la possibilité d’études comparatives, mais également un échantillon de travail transnational ;
  3. Enfin, SHARE est réalisée tous les deux ans et fournit ainsi régulièrement des micro-données transversales et longitudinales qui permettent réellement de traiter du processus de vieillissement.
haut de page

Quel est l’intérêt de SHARE ?

SHARE est destinée à la recherche sur la problématique du vieillissement, des conditions de vie, de retraite et, bien sûr, de la santé des individus en Europe. A ce jour, plus de 3 500 utilisateurs de la communauté scientifique internationale sont recensés. Plus de 1 000 publications scientifiques ont déjà été diffusées depuis le démarrage du projet en 2004 (cf. www.share-project.org/publications.html). Par ailleurs, SHARE constitue un parallèle aux enquêtes similaires, notamment celles conduites aux États-Unis : HRS (Health and Retirement Study), en Grande-Bretagne : ELSA (English Longitudinal Study of Ageing), ainsi qu’au Japon, en Chine et au Brésil.

SHARE a également des implications politiques. Les données de l’enquête alimentent la réflexion pour l'élaboration des politiques, fondées sur des preuves plutôt que sur des perceptions, tant au niveau de l'Union Européenne qu'au niveau des États membres. Quelques exemples :

  • La Direction Générale des Affaires Économiques et financières (DG ECFIN, Commission Européenne) a utilisé les données de SHARE pour affiner ses projections à long terme des dépenses de retraite et de soins de santé ;
  • La Direction Générale de la Santé et des Consommateurs (DG SANCO, Commission Européenne) utilise SHARE pour ses séries d'indicateurs, notamment sur la situation démographique et socio-économique, les déterminants de la santé et les services de santé ;
  • La Direction Générale Emploi, Affaires Sociales et Inclusion (DG EMPLOI, Commission Européenne) exploite les données SHARE pour étudier le vieillissement actif ;
  • L’élaboration d’une nouvelle loi sur les soins de longue durée en République tchèque s’est appuyée sur les données SHARE pour spécifier les activités concernées ;
  • La réforme des retraites engagée en Italie en 2011 s’est appuyée sur divers éléments de preuve déterminés à partir des données SHARE.

L’entrée du Luxembourg dans le projet ouvre ainsi de nouvelles perspectives aux chercheurs et aux décideurs luxembourgeois pour mieux comprendre la situation socio-économique du pays et son positionnement par rapport aux pays européens participants.

haut de page